FIV et FeLV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

FIV et FeLV

Message par dookynet le Lun 8 Déc - 15:01

La leucose féline et le syndrome d’immunodéficience féline sont deux maladies contagieuses provoquées par des virus différents, le virus leucémogène félin (ou FeLV) et le virus de l’immunodéficience féline (ou FIV), appartenant tous deux à la même famille des rétrovirus.
Ces deux maladies affectent exclusivement les chats. Aucun cas de transmission à l’homme ou au chien n’a été décrit.
FIV comme FeLV restent encore, à l’heure actuelle, sans traitement et sont mortels à 100 % — le FeLV étant une des premières causes de mortalité chez le chat.

• Des infections qui restent cachées pendant plusieurs années
Au moment même de la contamination, votre chat peut présenter quelques symptômes discrets et passagers : baisse de forme, fièvre, extinction de voix (due à la multiplication du virus du FeLV dans les ganglions pharyngiens).
Passé cet épisode, qui peut rester inaperçu, s’écoule une phase qualifiée d’asymptomatique, pendant laquelle votre chat est porteur du virus mais ne présente aucun trouble.
Cette phase silencieuse peut durer de quelques mois à quelques années pour le FeLV (mais rarement au-delà de 4 années), et se prolonger pendant plusieurs années pour le FIV (jusqu’à parfois 10 ans). Durant cette période, et sur les conseils de votre vétérinaire, il est important de poursuivre les vaccinations habituelles contre le coryza et le typhus.

• Une évolution inexorable
Une fois les symptômes du FeLV ou du FIV déclarés, la dégradation de l’état général peut être très rapide, avec des anémies, le développement de tumeurs ou de leucémies. En phase terminale, coryza, gingivite et gastroentérite viennent aggraver la pathologie du chat immunodéprimé.

• Des maladies mortelles
Il n’existe pas, aujourd’hui, de traitement spécifique contre l’infection par le virus leucémogène félin (FeLV) ou par le virus de l’immunodéficience féline (FIV).
C’est la raison pour laquelle la prévention reste la meilleure des protections.

• Des mode de transmission bien identifiés
Le virus leucémogène félin (FeLV) se transmet par les sécrétions : la salive (lors de léchage mutuel), les expectorations, mais aussi les matières fécales ou l’urine (lors de l’utilisation de bacs à litière communs), et le lait lors de l’allaitement des chatons. La transmission au cours de la gestation elle-même est fréquente entre la mère contaminée et sa portée.
Le FIV, en revanche, ne se transmet que lors de morsure profonde, entraînant un contact direct entre les sangs des deux chats, à l’occasion d’une bagarre. La transmission du virus FIV de la mère à ses petits est très rare.

• Des facteurs de risque connus
Les risques auxquels sont soumis votre animal varient en fonction de son sexe, de son mode de vie et de son âge.
Les chats entiers, mâles, ayant accès à l’extérieur, sont les plus exposés puisque leur vagabondage les conduit à faire des rencontres et à se bagarrer dès leur puberté, puis lors de la saison des amours.
C’est donc dès son plus jeune âge que vous devez tester et protéger votre chat.

• Des techniques de dépistage efficaces
Le dépistage du FeLV et du FIV, s’effectue grâce à une prise de sang. Pour le confort de votre chat, il a été mis au point des tests simples et pratiques, réalisables par votre vétérinaire au cours de la consultation. Quelques gouttes de sang suffisent à pratiquer le test de dépistage de l’un et l’autre des virus.
Rapides, ces test permettent à votre vétérinaire de vous rassurer et de pouvoir vacciner votre chat, ou d’établir en quelques minutes un diagnostic fiable de l’infection.

• La vaccination, la meilleure protection
Depuis la fin des années 80, des vaccins efficaces et sûrs ont été mis au point contre la FeLV. Avant de procéder à la vaccination, il est recommandé de réaliser un test de dépistage préalable
Actuellement, il n’existe pas de vaccin contre le FIV.
La stérilisation, dès la puberté (vers l’âge de 7 mois), reste la meilleure des protections puisqu’elle limite les comportements à risque, vagabondage, bagarres et morsures, à l’origine de la contamination.

— P.I.F
La Péritonite Infectieuse Féline (PIF) est une affection mortelle du chat causée par un coronavirus. Cette maladie infectieuse est souvent précédée d’une phase silencieuse sub-clinique qui peut précéder de quelques années l’apparition des signes cliniques.

La PIF est une maladie virale qui touche le chat. Le virus est de la famille des coronavirus, dont les éléments les plus communs provoquent habituellement des diarrhées plutôt bénignes.
La PIF touche essentiellement les chats jeunes, de moins de 2 ans, et les chats âgés. Elle ne fait pas de distinction entre les chats mâles et les chats femelles. En revanche elle atteint plus volontiers les chats de races pures. C’est une maladie d’effectifs, c’est-à-dire qu’elle touche les chats vivant en communauté (élevages en particulier).

Les voies naturelles de contamination sont les voies oro-fécale et oro-nasale : ingestion ou inhalation de particules virales excrétées par les animaux porteurs par les voies fécale ou nasale. Les chatons sont contaminés après sevrage. Un élevage sain peut être contaminé par l’introduction dans l’élevage d’un reproducteur atteint, ou de sujets qui ont été contaminés au cours d’une exposition ou lors de saillies. La contamination est également possible si les chats de l’élevage ont une libre circulation à l’extérieur. Une fois introduite dans l’élevage, la pathologie subit le cycle oro-fécal décrit plus haut et provoque des réinfections successives et le portage chronique. D’après certaines études, 25% des chats seraient porteurs de coronavirus. Dans la plupart des cas, la maladie ne se développe pas, mais ce qu’il faut savoir, c’est que lorsqu’elle se déclare, elle est presque toujours fatale. Aucun traitement, aucun vaccin à ce jour en France.
Cette maladie existe sous deux formes : la forme sèche et la forme humide. Cette dernière est la forme la plus grave : la multiplication virale engendre l’accumulation de fluide dans l’abdomen ou le thorax du chat. Le chat peut également présenter de la fièvre, une certaine forme d’anorexie et d’atonie.

Aucun traitement, sauf palliatif :
La maladie ne se guérit pas aujourd’hui :-(
Votre vétérinaire pourra prescrire des corticoïdes et des antibiotiques pour éviter les surinfections. Des médicaments pour soulager le foie et les reins sont possibles aussi lorsque ces derniers sont atteints.
avatar
dookynet
Admin

Messages : 1726
Date d'inscription : 29/06/2014
Age : 32

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum